Ouverture de sites au public

Afin de découvrir ces espaces souvent méconnus, des sites sont ouverts au public et aménagés de façon à assurer de bonnes conditions d’accès tout en garantissant la conservation et la préservation du site.

 

Il est ainsi possible d’admirer la libellule déprimée, la droséra ou bien encore des vaches écossaises « Highland Cattle », le long d’un sentier et d'un ponton, à travers des tourbières et des prairies humides. 

 

Ces lieux de découverte sont aussi un support idéal pour la compréhension des phénomènes naturels à l'oeuvre directement sous le regard du promeneur.

 

Un réseau de sites équipés est en cours de constitution avec des fascicules et des sentiers de découvertes. Certains sont déjà ouverts comme la tourbière de Canroute (Le Margnès), la Sagne de Payrac (Nages) ou bien la Sagne de Puech Balmes à Saint Amont Valtoret et son fameux Sentier "A la découverte du Dragon de la Sagne".

 

Mieux vaut prévoir des bottes … Selon les saisons, le terme « zone humide » prend en effet tout son sens !

 

 

La Tourbière de Canroute

A Canroute, près du Margnès, une tourbière remarquable, occupe le fond d'un vallon traversé par le ruisseau des Teillouses.

 

Ce site, propriété du Conservatoire des Espaces Naturel de Midi-Pyrénées (CEN MP) a fait l’objet de travaux de restauration et d’aménagement agro-pastoraux (Clôtures, couloir de contention, enclos) afin de rouvrir progressivement le site par le pâturage d’un troupeau de vaches rustiques « Highland cattle ».

 

Suite à ces travaux, un parcours de 4 Km a été aménagé autour, mais aussi sur le site, afin d’en découvrir la beauté et la richesse.

 

Ainsi, depuis un parking aménagé à proximité, un sentier fléché vous guide au cœur de la tourbière et vous permet d’en découvrir tous les secrets dans les meilleurs conditions (ponton d’observation, pas japonais, plaquette d’information).

 

 

Tourbière de Canroute : Le ponton

 

 

La Tourbière de Payrac

Cette petite tourbière (1,5 ha) située sur les pentes menant au pic du Montalet (Nages) s’étire dans un vallon dominé par une ancienne ferme restaurée et transformée en gîte par une association locale.

 

Cette zone humide, comme beaucoup d’autres dans la région, s’enfrichait lentement suite à l’abandon du pâturage traditionnel. Dans un but de valorisation du site, la réouverture du milieu associé à son équipement pour en faciliter la découverte a été décidé et réalisé par la commune de Nages.

 

Un platelage permet de traverser la tourbière d’y découvrir la linaigrette vaginée, les sphaignes ou bien encore le criquet des marais.

 

 

Cartographie des zones humides du Tarn