Les prairies humides

Sous le terme « prairies humides » ont été regroupé de nombreux type d’habitats, dominés par des graminées, généralement de taille inférieures à 1 mètre.

 

On y trouve ainsi des prairies humides eutrophes, des jonchaies atlantiques, prairie à molinie… Ces communautés végétales sont pérennisées grâce à des mode gestion traditionnels tels que la fauche et le pâturage.

 

Ces milieux ont fortement décliné du fait de la déprise agricole sur les secteurs difficilement exploitables (piémont, fonds de vallées encaissées) ou de l’intensification de l’agriculture en zone de plaine et de plateau (mise en culture des prairies, remplacement des prairies naturelles par des prairies artificielles, dates de fauche plus précoce, amendements…).

 

 

 

Vallée de l'Oulas

  

Localisation dans le Tarn :

Ces prairies se rencontrent sur toutes les têtes de bassin n’ayant pas fait l’objet de programmes de drainage sur une vaste échelle.

Généralement de petite taille, on les dénomme mouillères, sagnes (Monts de Lacaune)…

Le jonc et le saule marsault en sont les deux espèces emblématiques.

 

Délimitation de la zone :

Zone définie par la végétation caractéristique de ce milieu

 

Intérêt :

Espace tampon vis-à-vis des pollutions diffuses

Pâturages

Tourisme « vert », qualité des paysages

 

Menaces :

Drainage

Intensification des pratiques culturales (fertilisants, traitements phytocides).

Mise en culture des prairies

Abandon des pratiques agricoles traditionnelles (pâturage extensif)