Les tourbières et milieux associés

 

Sous cette dénomination ont été regroupés les différents types de tourbières et les milieux paratourbeux découlant de l’évolution naturelle (comblement…) ou anthropique (drainage, plantation…) de ces dernières.

 

La tourbe, dénominateur commun à tous ces milieux est issue de la dégradation incomplète de la matière organique qui s’est accumulée au fil du temps. Cette situation est due à des conditions d’engorgement des sols et climatiques (faibles températures, précipitations importantes) particulières.

 

Ces milieux présentent un intérêt patrimonial très important, mais sont aussi de véritables « éponges » permettant de stocker de grands volumes d’eau en période humide pour les restituer à l’aval en période sèche.

 

 

Tourbière de Canroute

    

Localisation dans le Tarn :

Les tourbières tarnaises se rencontrent essentiellement dans les Monts de Lacaune, le Sidobre et dans une moindre mesure en Montagne Noire et dans les Monts d’Alban.

Elles se localisent dans des dépressions alimentées régulièrement par des eaux de ruissellement, des sources ou par les débordements des cours d’eau mitoyens.

 

Délimitation de la zone :

La zone de tourbière et sa zone de transition (prairie humide, boisement humide, mégaphorbiaie…).

 

Intérêt :

Intérêt patrimonial (espèces protégées, habitats menacés à l’échelle européenne)

Rétention des eaux / Soutien des étiages

Tourisme « vert », qualité des paysages

 

Menaces :

Drainage

Enrésinement

Abandon des pratiques agricoles traditionnelles (pâturage extensif)