Les mares végétalisées

Ce sont des pièces d’eau de petite taille, peu profonds, rarement naturels, souvent creusés dans un passé parfois ancien pour des usages traditionnels en régression (abreuvement du bétail, point d’eau domestique, alimentation de béals…).

 

Ces milieux sont de plus en plus souvent abandonnés, comblés ou gérés de manière inappropriée.

 

L'intensification des modes de culture couplé à la régression de l'élevage conduisent à la lente régression de ce maillage dense de petites zones humides et d'une banalisation des écosystèmes.

 

 

 

 

Localisation dans le Tarn

Présentes dans tout notre département, on remarque une plus forte densité sur les secteurs d’élevage en zone de piémont (Ségala, Monts d’Alban, Monts de Lacaune, Montagne Noire).

Leur localisation influe aussi sur leur physionomie et les écosystèmes qu’elles accueillent (mares forestières, mares de la plaine du Tarn, mares à flanc  de pente…).

 

Délimitation de la zone

Le plan d’eau et sa ceinture de végétation hygrophile associée.

 

Intérêt

Lieux de vie, de nourrissage, d’abreuvement et (ou) de reproduction pour de nombreuses espèces animales et végétales (batraciens, libellules, passereaux…).

 

Menaces

Comblement

Dégradation par le bétail (piétinement des berges)

Destruction de la végétation riveraine

Reprofilage des berges